Une Jeunesse : "Red Bull"

La jeunesse actuelle est en crise profonde : actes de délinquances de plus en plus violents, criminalité précoce, crise identitaire conduisant au suicide dans certains cas et au mépris de l’autorité quelle soit parentale ou institutionnelle dans d’autres cas... les problèmes que les jeunes d’aujourd’hui rencontrent sont relativement nombreux et ne peuvent être entièrement énumérés ici.

Par contre, si nous nous sommes proposés d’exposer ici certaines réalités majeures de ce que nous qualifions de véritable « crise de l’existence » que subissent les jeunes actuellement que ce soit en Occident ou en Orient, ce n’est point pour des raisons conservatistes, moralistes ou par pur esprit réactionnaire. Ceci part plutôt d’un constat réel et juste, et d’une conviction que le monde moderne qui a promis tant de félicité, de justice et de paix à l’humanité et qui s’est érigé sur les ruines de l’ancien monde traditionnel (souvent décrié à tord par les historiens modernes comme barbare, rétrograde et dépassé) n’offre plus de réelles perspectives pour l’homme « normal » qui cherche une équation équilibrée entre ce que l’on appelle une « réalisation spirituelle » vitale pour la paix et l’épanouissement de son âme et le progrès profane certes utile dans certains domaines mais pas au point d’absorber toute l’énergie humaine comme c’est le cas aujourd’hui en Occident et de devenir l’unique leitmotiv d’une vie de plus en plus sombre et vide de sens.

L’origine du problème :

Personne ne saurait contester le fait que les jeunes de nos jours sont en conflit permanent avec leur hiérarchie parentale car les parents et plus spécialement le père ne joue plus le rôle de chef de famille qui lui était naturellement assigné dans le cadre d’un système traditionnel, à savoir aussi celui de responsable de sa famille, de garant de la tradition et de pivot de la transmission de cette dernière à sa progéniture. A contrario, le rôle du père moderne, loin de transmettre une quelconque influence spirituelle, se confine aujourd’hui à celui de vulgaire géniteur, de pourvoyeur de fonds destinés à garantir la sécurité financière de la maison et à préserver un mode de vie foncièrement matérialiste, d’une cellule familiale de plus en plus en décomposition. Il est inutile de signaler ici que les tensions observées dans les familles d’aujourd’hui, sont en rapport étroit avec le concept et l’idée même que se fait l’homme d'aujourd'hui du mariage.

 

               Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7            Page Suivante